Je peux très bien me passer de toi de Marie Vareilles

16179248_10154891503798798_130079357122648062_oA la lecture des 20 premières pages j’avais in petto décidé de rebaptiser ce roman « je peux très bien me passer de te lire » …

Des personnages caricaturaux de parisiennes bobo anorexchics dont le seul malheur réside dans le fait de ne pas savoir qui choisir entre tous les hommes qui se jettent à leurs pieds, une intrigue ctrl C/ ctrl V d’un Bridget Jones délavé et autant de profondeur d’écriture qu’un sketch de Kev Adams…

Bref tout ce qu’il faut pour que le processus d’identification fonctionne à 0% avec la vieille fille banlieusarde prolochieuse qui se targue honteusement d’avoir un chouïa de vernis culturel et son poids en modestie…

Mais voilà force est de reconnaître que j’ai lu ce roman comme on s’enfilerait une boîte entière de shortbreads en période de régime : avec un plaisir certain mêlé de la honte incommensurable de ne pas savoir résister à une telle bêtise…

Bref pour me laver de ce péché et reconquérir mon statut d’orgeuilleuse intellichiante, ne me reste plus qu’à lire 3 Duras, 2 Tolstoï, 1 Bukowski et de réciter mille fois en pénitence :
Je vous salue France Inter pleine de grâce,
L’intelligentsia est avec vous.
Vos critiques littéraires sont bénies entre toutes
et Télerama, le fruit de vos émissions est bénie
Sainte France inter, Mère du milieu germanoprattin,
Priez pour nous, pauvres consommateurs de chick litt,
Maintenant, et à l’heure de nos choix de lectures.
Amen.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s