Le nouveau nom de Elena Ferrante

16707441_10154945757878798_6456497740252509255_oBon …

Alors….

Comment dire….

Je pourrais me joindre au cœur des moutons bêlant à qui beeh beeeh mieux que ce roman est incroyable et que j’ai été passionnée par le second tome des aventures de Lila et Lenu….

Je pourrais m’esbaudir de concert avec tout ce que vous pourrez lire sur cet auteur en vous parlant de son ton inspiré, de ses histoires puissantes, de la réussite sans égal de son écriture, que dis-je de ses chefs d’œuvre ….

Je pourrais…mais…non décidément je ne vais pas pouvoir !

Après avoir lu le premier tome au titre éponyme j’étais restée pour le moins perplexe….

Sans doute poussée par les bêlements du troupeau des critiques positives j’avais alors décidé de donner sa chance au produit.

Pleine d’un naïf espoir me voilà donc à attaquer le second opus espérant y trouver la prodigieuse inspiration qui semble avoir conquis tous les lecteurs…

Las…

Si globalement je ne nie pas que ces 2 romans sont bien écrits, ce qui m’a réellement rendu la lecture douloureuse c’est l’improbabilité du personnage de Lila….Comment croire une seconde à cette demoiselle…Comment résister à l’envie de la baffer à chaque page…Non contente d’être totalement insupportable, elle est vraiment invraisemblable d’un point fictionnel…

Quant au reste…

Que d’ennui …

Que de platitudes…

Que de banalités…

Vous l’aurez compris, personnellement (car là encore les gouts et les couleurs… ) c’est décidé je ne m’imposerai pas la lecture du troisième tome.

Je suis assez sereine quant au fait de réussir à résister au suspens insoutenable digne d’un télé novelas mexicain à la sauce napolitaine…

Lenu vaincra-t-elle sa culpabilité paralysante d’ancienne pauvre qui s’est extrait de son milieu d’origine et à ne plus se laisser humilier par sa nemesis…

Lila saura enfin ce qu’elle veut faire de sa vie sans briser au passage celle d’une demie douzaine de pauvres crétins pris dans ses filets…

Autant de questionnements qui semblent avoir fasciné des milliers de lectrices, mais qui ont eu sur moi le même effet qu’un sympathique Donormyl associé à la lecture des fiches de l’illustre Penelope F. publiées dans la revue des deux mondes 😉😉

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s