Amélia de Kimberly McCreight

Le pitch

À New York, Kate élève seule sa fille de 15 ans, Amelia. Très proches, elles n’ont pas de secrets l’une pour l’autre. Jusqu’à ce matin d’octobre, où elle reçoit un appel du lycée qui lui demande de venir de toute urgence.
Elle ne reverra plus jamais Amelia : celle-ci a sauté du toit de l’établissement.
Rongée par le chagrin, Kate plonge dans le désespoir et l’incompréhension. Pourquoi une adolescente en apparence si épanouie s’est-elle donnée la mort ? Mais un jour, Kate reçoit un SMS anonyme qui remet tout en question : « Amelia n’a pas sauté. ». Obsédée par cette révélation, elle s’immisce dans la vie privée de sa fille et découvre, à travers les réseaux sociaux, les mails et les SMS d’Amelia, une réalité terrible, un véritable monde parallèle qu’elle n’aurait jamais pu imaginer.

 

Je me suis lancée dans la lecture de ce livre après avoir lu la critique de Mademoiselle Maeve et surtout après avoir subi une série de déconvenue livresque qui m’a fait repartir pied au plancher vers l’univers rarement décevant des polars.  Ici pas de serial killer ni d’assassinats sanguinolents, mais plutôt un polar psychologique autour du mystère entourant le suicide d’une adolescente.

Mais est on vraiment sur qu’il s’agit bien d’un suicide ? C’est ce que la mère de Amelia va chercher à déterminer après avoir reçu plusieurs SMS remettant en question cette hypothèse alors qu’elle entamait à peine son douloureux deuil.

L’originalité de ce roman repose sur la multiplicité des points de vue et les allers/retours incessants mais efficaces entre le passé lointain de la naissance d’Amelia, le passé plus proche où cette dernière entre avant sa mort dans une sororité secrète de son lycée & le présent où Kate sa mère va chercher à découvrir ce qui a fait plonger vers la mort sa seule et unique enfant…

Mais la modernité du polar de Kimberly MC Creight ne s’arrête pas là et elle repose aussi sur la diversité des supports qui sont commentés. On passe de façon très fluide et sans pour autant perdre le fil de l’intrigue d’un extrait de journal intime de Kate, à un extrait de blog lycéen de caniveau avant la mort brutale de l’héroïne, aux réflexions in petto de cette dernière…

Chaque point de vue intervient comme un éclairage différent qui va apporter par touches et sans ordre clair la lumière finale sur les conditions des dernières semaines, jours, heures avant la minute fatale qui fera basculer au sens propre comme au figuré de vie à trépas.

Jusqu’à la fin du livre je n’ai pas compris de quelle façon apparaitrait la vérité et qui en serait in fine la clef de voute. Un polar qui m’a tenu en haleine durant ces derniers jours et que je peux que vous recommander tant il m’a plu par son originalité narrative que par l’efficacité de son intrigue.

ps : pour ceux & celles qui me connaissent et me lisent,

si le livre vous intéresse, un petit mail & je vous le mets de coté & vous l’envoie

Publicités

6 commentaires

    • La mienne de PAL ne fait qu’augmenter mais je n’arrive pas à résister à l’appel de la librairie et des ses nouveautés en poche qui agissent sur moi comme des chocolats sur d’autres (ou une tartiflette pour moi 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s