Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi

Le pitch :

Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.
Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé…Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ?
C’est l’histoire de chemins qui se croisent. Les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire.

 

Pour moi un livre c’est comme un compagnon. Il est là à m’attendre quand je rentre le soir d’une journée de travail, prêt à me raconter de nouvelles histoires, à me réchauffer de bons moments, titillant mon imagination et remplissant mon cœur d’émotions. C’est sans doute les livres que j’ai toujours considéré comme mes plus fidèles amis, raison pour laquelle ils envahissent mon appartement sans que je n’y trouve rien à redire.

C’est justement d’amitiés dont il est question dans ce livre que j’ai lu en me réveillant ce matin face à un soleil splendide et à un ciel bleu. Des amitiés que l’on se choisit quand la famille devient trop douloureuse. Des amitiés qui aident à se reconstruire et à grandir.

Dans ce roman, l’héroïne perd successivement son père, son fiancé & sa grand-mère. Sonnée par ce triple coup du destin, elle accepte un remplacement dans une maison de retraite pensant y trouver là le moyen d’échapper à sa tristesse. Après tout auprès de vieux grincheux et de vieilles biques, elle aura pense-t-elle une paix royale. Mais finalement elle va retrouver auprès des résidents ainsi que du personnel le gout à la vie et l’envie de sortir de sa mélancolie.

C’est le genre de livre qu’on aime sans néanmoins trop s’en vanter car le style n’est pas vraiment de ceux qui termineront en collection dans La pléiade. Mais qu’importe après tout car personnellement je n’ai sans doute jamais lu un seul livre de cette collection et je crois que je m’y ennuierai autant qu’à lire le code général des impôts.

La preuve en est que je l’ai lu en une matinée au chaud sous ma couette en ayant aucune envie de le lâcher tant je me suis sentie bien en le lisant. Alors oui le style est celui d’un feel good roman, un peu bleuette sur les bords, mais parfois ça fait aussi du bien de s’entourer d’un peu de douceurs, de lire une fiction pleine de bons sentiments. C’était déjà le cas avec le premier roman de Virginie Grimaldi « le premier jour du reste de ta vie » que j’avais lu il y a quelques temps de cela.

Avec ce second roman je dois dire que je n’ai clairement pas été déçue, j’ai retrouvé son style d’écriture qui me fait tant sourire vu les comparaisons loufoques dont elle peuple chacune de ses phrases mais aussi cette sensibilité dont on se doute bien qu’elle est sienne et qu’elle offre à certains de ses personnages. Il y a aussi la persistance du thème du temps qui passe, de la chance qu’il faut savoir saisir et des regrets qu’il ne faut pas avoir.

Je sors de la lecture d’un de ses romans tout ragaillardie et triste à la fois car inéluctablement je m’attache à ses personnages avec qui j’ai passé quelques centaines de pages et dont l’histoire se termine. Mais je me console en me rappelant qu’elle a sorti un nouveau livre il y a peu de temps, vais-je céder une fois de plus pour l’acheter sans attendre la sortie en poche ou vais-je plonger dans cette pile de livres qui s’amoncellent et n’attendent que moi….

La suite au prochain épisode 😉

Publicités

Un commentaire

  1. J’ai adoré ce roman! J’ai ri et j’ai surtout pleuré, vraiment, avec des vraies larmes qui font qu’on ne peut pas continuer la lecture car on ne voit plus rien!!

    Le troisième est également génial tu verras!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s