Quelqu’un pour qui trembler de Gilles Legardinier

Le pitch :

Pour soigner ceux que l’on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu’il apprend que la femme qu’il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent. Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n’importe quel inconnu. Est-il possible d’être un père quand on arrive si tard ? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes ? Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l’aide de ceux que le destin placera sur sa route.

 

Décidément en ce moment tout ce que je lis à un rapport plus ou moins lointain avec la vieillesse. Apres le livre Les délices de Tokyo et Tu comprendras quand tu seras grande, je replonge de nouveau avec ce nouveau Legardinier dans un roman qui a comme personnages centraux des personnages âgées.

Après une vingtaine d’années passées à soigner la veuve et l’orphelin aux confins des chaines de l’Himalaya, Thomas, médecin humanitaire au grand cœur mais à l’ouest des réalités du quotidien, apprend incidemment qu’il est le père d’Emma, une petite fille devenue grande demoiselle de 20 ans.

Passé le choc de la découverte et des remises en question, il décide qu’à défaut d’avoir été là sur les 20 premières années de sa fille, il sera désormais présent pour elle. Et pour cela il va devoir se rapprocher de notre douce France et accepter le premier job venu pour vivre dans la même ville qu’elle. Oubliant ses propres ambitions il accepte le poste de responsable d’une improbable expérimentation de maison de retraite au fin fond d’une zone industrielle qui a néanmoins l’avantage d’être dans la même ville où vit sa fille.

Après l’avoir observé de loin à de multiples reprises, il renonce à se faire connaitre d’elle mais pas à influer positivement sur le cours de sa vie. De quiproquo en quasi-catastrophe, il trouvera un moyen de se rapprocher d’elle grâce au concours heureux et malicieux de ses résidents à qui l’âge n’a pas faire perdre le sens de l’humour ni celui d’une certaine sagesse.

J’ai lu un grand nombre de livre de Gilles Legardinier, celui qui m’a le plus marqué (car j’ai ri comme une vache en le lisant) restera « Demain j’arrête » car il fut assez facile de s’identifier à cette célibataire looseuse qui devient stalkeuse avant de finir joggeuse (bon c’est là ou s’arrêtera mon identification hein 😉 ). Les livres de cet auteur sont communément appelés les livres avec la couverture aux chats dont les publicités ont recouvert tous les abribus parisiens pendant longtemps. Pas sur néanmoins que ca lui plaise d’être en permanence abordé par des « ah mais vous êtes l’écrivain aux chats rigolos », mais au moins ca a assis durablement sa notoriété 😉

Je n’ai pas forcément adoré ce roman là car cela faisait sans doute trop écho aux derniers romans lus et les ficelles y sont à ce point là les mêmes que j’ai eu du mal à adhérer. Ce n’est d’ailleurs pas un de ses meilleurs, je trouve qu’il s’éparpille un peu trop dans des histoires secondaires qui tombe un peu comme un cheveu sur la soupe et qui perdent le lecteur (ou du moins votre modeste lectrice) plus qu’ils ne l’éclairent.

C’est tendre et pleins de bonnes ondes mais pas le meilleur cru qui soit… Mais ne faisons pas la fine bouche, comme roman feel good, ca passe crème comme dirait un de mes cousins ;-). Un roman d‘apprentissage non pas pour un enfant mais pour son parent, c’est au moins un point de vue original je le concède. D’ailleurs si je devais le résumer je pense que je reprendrais la chanson de Stromae ou du moins un de ces refrains :

Tout le monde sait comment on fait les bébés
Mais personne sait comment on fait des papas

 

 

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s