Blanche de Martin Demoulin

Je m’appelle Blanche.

La première fois, il y avait de la musique.

De la musique et des amis.

66 pages…il aura suffit de 66 pages et d’une petite heure pour que je ressorte sonnée de la lecture de Blanche de Martin Demoulin. J’ai eu la chance de gagner ce livre à l’occasion d’un concours organisé par l’auteur sur son compte instagram. Soyons honnête ce n’est pas la chance qui m’a souri mais plutôt ma célérité à répondre qui m’a valu ce généreux cadeau.

J’avais prévu de le lire il y a deux semaines mais la vie en a décidé autrement et c’est le premier livre que j’ai réussi à lire après le décès de mon papa. J’avais amené quantité de livres dans ma valise en Algérie, pensant naïvement réussir à m’y plonger mais sur place impossible de tourner la moindre page. A mon retour à Paris l’envie de lecture s’est imposée à moi comme une urgence et ce court roman m’a semblé être le bon choix pour retrouver ma passion.

Moins d’une heure aura suffit et j’avoue avoir été bluffée par l’écriture au cordeau de cette descente aux enfers sous forme de montée du suspens. Le roman commence par le récit d’un accident dramatique sur une petite route de campagne narré par les souvenirs d’un enfant de 4 ans qui deviendra plus tard le protagoniste principal. Avec ses yeux de petit garçon il assiste impuissant à la mort de sa grande sœur qui laissera leur mère inconsolable et une marque indélébile dans sa psyché.

Devenu adolescent puis jeune adulte le protagoniste a deux passions : Anna et Blanche. Entre elles deux, son cœur et son corps balancent. Anna est celle avec qui il se voit finir ses vieux jours, elle représente la stabilité, l’amour serein, l’avenir qui se construit…Blanche quant à elle est celle qui le fait se sentir vivant, qui lui fait dépasser ses limites, lui fait ressentir le frisson du danger. Entre elles deux il hésitera longtemps avant de réussir à choisir quitte à blesser au passage la douce Anna qui ne soutient pas la comparaison avec l’ivresse de vie qu’offre Blanche.

Car  je ne vous cacherai pas mon impression, Blanche est une sacré salope, elle usera de tous les artifices et toutes les séductions pour le faire craquer et l’éloigner de celle avec qui il imagine faire sa vie d’homme. Blanche est une fieffée manipulatrice, elle l’attire, le séduit, le fait craquer, l’empêche de tenir ses engagements bref elle ne lui laisse aucun répit ni aucun moyen de se sortir de ses filets vénéneux.

Je ne révèlerai pas le cliffhanger de la fin du roman sans quoi je vous priverai du plaisir que j’ai ressenti à être surprise. Mais Blanche est définitivement un roman que je vous recommande les yeux fermés. Martin Demoulin réussit ici un véritable tour de force littéraire que de condenser en moins de 100 pages une telle palette d’émotions et si j’avoue ne pas savoir s’il s’agit d’un roman biographique ou non, peu m’importe les conditions de l’écriture car j’ai clairement été enivrée par son talent.

Chapeau l’artiste !

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s