Le gang des rêves de Luca di Fulvio

Alors que je me promenais au Saint Maur en Poche j’ai croisé Luca di Fulvio qui était en pleine interview sur son stand. J’avais vaguement entendu parler de cet auteur dont Instagram & quelques blogs bruissaient déjà de façon très positive alors j’ai décidé de m’y arrêté. L’auteur a une faconde toute italienne et il présente son livre avec beaucoup d’humilité. Ne parlant pas un mot utile d’italien (pizza et gelatto sont certes mes indispensables quand je me balade en Italie mais ils sont difficiles à placer dans une conversation littéraire), nous voilà donc à discourir dans la langue de Shakespeare à défaut de celle de la commedia del arte.

Une chose nous a réuni lors de notre échange c’est notre incompréhension commune pour le phénomène médiatique autour de Elena Ferrante. Lui car il y voit sans doute une concurrence pour son œuvre, moi car je n’ai encore pas à ce jour compris ce que les lectrices trouvaient à Lila et Lenu ces deux cruchasses napolitaines qui se cherchent des problèmes là ou il n’y en a pas tout au long des deux laborieux & ennuyeux tomes que je me suis forcée à lire me disant que j’allais peut être trouver ce qui plaisait tant aux autres.

Bref autant j’ai abhorré les amies prodigieuses de Naples autant j’ai adoré les aventures de Christmas et Ruth. Alors que je m’ennuyais page après page à Naples avec les demoiselles de Ferrante, je me suis passionnée pour la vie faite de rebondissements et d’audaces des comparses de di Fulvio. Avec eux deux on découvre l’avènement d’un nouveau monde qui offre des possibilités infinies à qui saura les saisir et Christmas fait justement partie des audacieux que rien n’arrête.

Mais ce roman ne se résume à l’histoire d’amour contrariée entre Ruth & Christmas mais l’auteur a créé une galerie de personnages tous les plus truculents les uns que les autres : Cetta, mère & prostituée à fois, Sal gangster rugueux au grand cœur, Santo l’ami empoté & naïf, et surtout Bill, l’ignoble jardinier qui volera à Ruth son innocence et sa candeur et dont la fuite à travers les Etats-Unis ne lui permettra néanmoins pas d’échapper à son sort.

Ce livre est un énorme pavé dont l’épaisseur pourrait de prime abord rebuter mais qui se lit au final à une vitesse démentielle tant on n’arrive plus à en décrocher. Je crois l’avoir lu en moins de 2 jours et mon plus grand regret fut de refermer la dernière page et de quitter des personnages & une histoire auxquels je m’étais attachée.

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s